Retour aux actualités

Les pratiques parentales influencent l’obésité des enfants

Les pratiques parentales influencent l’obésité des enfants

Le  surpoids  et  l’obésité  concernent  environ  un  tiers  des  enfants  aux  Etats-Unis.  L’environnement  obésogène  actuel  encourage  une  alimentation  excessive.  Des  chercheurs  d’une  équipe  californienne  ont  voulu  identifier  les  facteurs  incitant  les  enfants  en  surpoids  ou  obèses  à  consommer  en  excès.  Ils  ont  pour  cela  étudié  les  rela-  tions  entre  la  consommation  en  l’absence  de  faim  et  les  pratiques  parentales  en  général  ou  liées  à  l’alimentation.

Cent  dix-sept  enfants  de  7  à  12  ans  en  surpoids  ou  obèses,  ainsi  que  leurs  parents  (mère  dans  91%  des  cas)  ont  participé  à  cette  étude.  Les  chercheurs  ont  mesuré  le  score  d’alimentation  en  l’absence  de  faim  (Eating  in  the  Absence  of  Hunger,  EAH)  par  la  quantité  de  nourriture  consommée  lors  d’une  session  avec  dif-  férents  snacks  en  accès  libre  après  un  dîner  ad  libitum.  Les  parents  ont  rempli  un  questionnaire  d’alimentation  des  enfants,  comportant  7  sous-échelles  dont  la  restriction,  la  pression  pour  manger  et  le  niveau  de  contrôle.  Les  enfants  ont  rempli  un  inventaire  sur  le  comporte-  ment  parental,  comprenant  30  items  autour  de  trois  dimensions  :  acceptation  vs.  rejet,  contrôle  psychologique  vs.  autonomie,  contrôle  ferme  vs.  laxisme.

Les  résultats  du  score  EAH  montrent  une  grande  variabilité  (de  0,24%  à  96%  du  besoin  calorique  total  journalier).  La  consommation  calorique  au  dîner  a  été  positivement  associée  au  score  EAH,  ainsi  qu’au  score  EAH  restreint  aux  produits  sucrés  (EAH-sucré).  Les  filles  ont  obtenu  un  score  EAH  supérieur  à  celui  des  garçons  mais  il  n’y  a  pas  eu  de  différence  sur  le  score  EAH-  sucré.  Le  score  EAH-sucré  a  été  positivement  associé  à  la  sous-échelle  de  contrôle  parental  tandis  que  le  score  EAH  total  a  été  corrélé  à  un  contrôle  psychologique  maternel.  Les  chercheurs  ont  aussi  découvert  que  la  restriction  parentale,  la  pression  pour  manger,  le  suivi  ainsi  que  le  contrôle  psychologique  maternel  étaient  positivement  associés  à  la  consommation  de  barres  chocolatées.

Les  pratiques  parentales  de  contrôle  alimentaire  et  de  contrôle  psychologique  maternel  ont  donc  été  associés  respectivement  à  une  plus  grande  consommation  de  snacks  et  de  snacks  sucrés  dans  cette  étude.  Les  recherches  futures  pourront  évaluer  l’importance  des  variables  parentales  sur  de  plus  larges  échantillons  afin  de  développer  des  interventions  ciblées  de  prévention  du  développement  de  l’obésité  et  des  troubles  alimentaires  chez  les  enfants.


Source: Parentalcontrolandoverconsumptionofsnackfoodsinoverweightandobesechildren.
Liang J,MathesonBE,RheeKE,PetersonCB,RydellS,BoutelleKN.Appetite.2016May1;100:181-8.